La loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19 a déclaré l’état d’urgence sanitaire pour une durée de 2 mois à compter du 24 mars 2020, soit jusqu’au 24 mai 2020. Cette durée est susceptible d’être modifiée. La loi du 23 mars 2020 habilite par ailleurs le Gouvernement, en son article 11, à prendre dans un délai de 3 mois à compter de sa publication, toute mesure relevant du domaine de la loi, pouvant entrer en vigueur à compter du 12 mars 2020, afin de faire face aux conséquences, notamment de nature administrative ou juridictionnelle, de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation.

Ces mesures trouvent place dans plusieurs ordonnances publiées au journal officiel du 26 mars 2020. L’une d’elle est l’ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais échus pendant la période d’urgence sanitaire et à l’adaptation des procédures pendant cette même période. Trois autres ordonnances concernent plus spécifiquement la justice : l’ordonnance n° 2020-305 du 25 mars 2020 portant adaptation des règles applicables devant les juridictions de l’ordre administratif, l’ordonnance n° 2020-304 du 25 mars 2020 portant adaptation des règles applicables aux juridictions de l’ordre judiciaire statuant en matière non pénale et aux contrats de syndic de copropriété, l’ordonnance n° 2020-303 du 25 mars 2020 portant adaptation de règles de procédure pénale sur le fondement de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19. Ces quatre textes font partie des 25 ordonnances publiées le 26 mars 2020 par le gouvernement dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire décrété face à l’épidémie de coronavirus.

A cette date du 26 mars 2020, le dispositif adopté ne vise pas spécifiquement les procédures d’urbanisme. La portée générale des mesures édictées permet toutefois de les y inclure. Sont ainsi notamment adaptées, dans le domaine de l’urbanisme :

> les délais d’instruction des demandes d’autorisation d’urbanisme

Synthèse des mesures gouvernementales au 26.03.2020

Délais d’instruction des demandes d’autorisation d’urbanisme*

Date limite d’instruction

Cas 1

Le délai d’instruction est expiré avant le 12 mars 2020

Une décision est intervenue qui est soit expresse soit tacite. Le délai n’est pas modifié

Cas 2

Le délai d’instruction n’est pas expiré le 12 mars 2020

 

Le délai d’instruction est suspendu. A compter du 24 juin 2020, il reprendra son cours uniquement pour la durée qui restait à courir avant sa suspension

 

Cas 3

Le délai d’instruction débute le 12 mars 2020 ou postérieurement au 12 mars 2020

Le délai d’instruction commence à courir à compter du 24 juin 2020

 

*les mêmes règles valent pour les consultations, pour les délais impartis aux administrations pour vérifier le caractère complet d’un dossier ou pour solliciter des pièces complémentaires dans le cadre de l’instruction d’une demande ainsi qu’aux délais prévus pour la consultation ou la participation du public

 

> les délais de recours à l’encontre des actes d’urbanisme

Synthèse des mesures gouvernementales au 26.03.2020

Cas du délai de recours de 2 mois à l’encontre d’un acte d’urbanisme 

Date limite de recours

Cas 1

Le délai de recours* est expiré avant le 12 mars 2020

Le délai de recours n’est pas prorogé. Le recours pouvait être formé jusqu’au 11 mars 2020

Cas 2

Le délai de recours* vient à expiration entre le 12 mars 2020 inclus et le 24 juin 2020

Le délai de recours est prorogé. Le recours peut être formé jusqu’au 24 août 2020

Cas 3

Le délai de recours* vient à expiration après le 24 juin 2020

 

Le délai de recours n’est pas prorogé. Le recours peut être formé pendant le délai de deux mois à compter de la publicité de l’acte édicté

*la date d’expiration du délai de recours dépend de l’accomplissement régulier des formalités de publicité afférentes à l’acte contesté (pour une autorisation d’urbanisme l’affichage sur le terrain)

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire